close

LA FAUSSE COUCHE

Quelle qu’en soit la cause et quel que soit le stade de la grossesse auquel elle survient, la fausse couche est le plus souvent pour les personnes concernées une douloureuse épreuve aussi bien physiquement que mentalement. Cette perte est vécue différemment d’une personne à l’autre et il peut être difficile pour l’entourage de comprendre cette douleur et comprendre qu’il faut du temps pour faire son deuil. Après une fausse couche, les femmes réagissent différemment à la question de savoir si elles ont la force ou la volonté d’essayer à nouveau d’avoir un enfant. Certaines veulent réessayer immédiatement, d’autres ont besoin de plus de temps, et certaines peuvent abandonner totalement l’idée.

Prévenir les fausses couches

Existe-t-il un moyen de prévenir une fausse couche ? Non, il n’y a rien d’évident. Votre corps décide lui-même du futur du petit être qui s’y développe et la seule chose à faire est de vivre normalement et sainement, et aussi d’éviter le tabac, les drogues, l’alcool et les exercices physiques trop intenses. 

 

Un saignement n’est pas forcément une fausse couche

Un petit saignement en début de grossesse n’est pas rare et cela n’est pas forcément une fausse couche. Si vous n’êtes pas sûre ou que vos douleurs s’intensifient alors que le saignement se maintient ou augmente, vous devez, en revanche, contacter les services de soins. 

 

Que doit-on faire en cas de fausse couche ?

Vous ne pouvez pas arrêter une fausse couche. Elle commence habituellement par des douleurs qui rappellent les douleurs menstruelles et sont suivies de saignements. Téléphonez à une sage-femme, celle de votre centre de protection maternelle, ou adressez-vous directement à l’hôpital. 

 

À l’hôpital, le médecin vous fait une échographie pour déterminer s’il s’agit d’une fausse couche ou si la grossesse est normale. Si le médecin établit qu’il y a bien eu une fausse couche ou qu’elle est en train de se produire, il vous renvoie habituellement chez vous. Dans les autres cas ou en cas de doute, on attend et on vous donne un nouveau rendez-vous pour examen. 

 

Si l’échographie montre que le placenta est resté dans l’utérus, vous avez alors trois possibilités :

 

  • La surveillance pour attendre et voir ce qui se passe.
  • Des comprimés pour provoquer une expulsion naturelle et assurer que l’utérus est totalement vide. Cela exige d’être mise en observation et il vous faut habituellement retourner à l’hôpital
  • Un curetage qui exige que vous restiez à l’hôpital encore quelques heures après. 

 

Que s’est-il passé : pourquoi une fausse couche ?

Près d’un quart des grossesses confirmées se terminent par une fausse couche. Pendant les douze premières semaines, l’évolution est rapide, car tous les organes vitaux de l’enfant se constituent. C’est alors que la plupart des malformations se produisent et c’est pourquoi la plupart des fausses couches ont lieu pendant cette période. 

 

Ces fausses couches sont habituellement considérées comme la fin naturelle d’une grossesse lors de laquelle quelque chose s’est mal passé pendant la première période cruciale de développement du fœtus. L’idée que l’enfant s’était mal développé peut-être une petite consolation.

 

Le soutien après une fausse couche

Une fausse couche cause souvent une grande peine aux personnes concernées. Cela aide de prendre ses sentiments au sérieux. Le plus souvent, il est bien de parler de ce qui s’est passé, aussi bien entre vous, si vous êtes deux, qu’avec d’autres personnes. Cela pourra être un ou une amie, un parent proche ou une assistante sociale. 

 

Si vous désirez voir un psychologue ou une assistante sociale, adressez-vous à votre médecin, ou à un service de gynécologie pour vous faire aider dans votre deuil et faire le tri dans vos pensées. Cela concerne aussi bien la personne ayant fait une fausse couche que son ou sa partenaire. 

 

Une nouvelle grossesse ?

Après la fausse couche, il faut un peu plus d’un mois avant que les règles ne reviennent. Vous pouvez tenter de tomber enceinte à nouveau lorsque les règles sont revenues et que vous êtes prête, aussi bien physiquement que mentalement. Habituellement, une fausse couche ne signifie pas qu’il risque de s’en produire une autre la prochaine fois. 

 

Nombreuses sont les personnes qui peuvent se demander pourquoi aucun examen n’est réalisé pour rechercher la cause de la fausse couche. En réalité, la fausse couche fait naturellement partie du processus de conception, si cela se produit une seule fois. Un petit groupe de femmes peut subir des fausses couches à répétition. Leur cas doit alors être étudié par un gynécologue.

 

Poser des questions

Après une fausse couche, il est naturel d’être triste et de réfléchir beaucoup. Y a-t-il un problème avec moi ou avec nous ? Pouvons-nous concevoir à nouveau ? Osons-nous essayer encore ?

Il est souhaitable, par la suite, de parler avec le personnel soignant. 

Une erreur s'est produite, veuillez recommencer ultérieurement.
Chargement...