close

Tout savoir sur la perte des eaux

Oups ! J’ai perdu les eaux... Dans les films, tout commence par un plouf, puis viennent les contractions, et le bébé apparaît quelques instants plus tard. La réalité est un peu plus complexe. Le travail n’est pas forcément déclenché par la perte des eaux. Au contraire. Celle-ci survient souvent alors que les contractions ont déjà commencé depuis un moment.

La perte des eaux n’est pas toujours aussi spectaculaire que dans les films hollywoodiens, mais peut s’apparenter à de simples fuites urinaires. En général, elle survient alors que les contractions ont déjà commencé. Parfois, il faut attendre la phase d’expulsion pour que les membranes amniotiques se déchirent et que le liquide s’écoule. La perte des eaux ne peut donc être considérée comme le signe d’un accouchement imminent, car elle peut survenir bien avant le début du travail ou tout à la fin.

À quoi ressemble la perte des eaux ?

La sensation induite par la perte des eaux est différente pour chaque femme enceinte et il est parfois difficile de savoir si elle s’est produite ou pas. Cela dépend en partie de la position du bébé. S’il est placé la tête en bas comme un bouchon dans le canal de naissance, il est possible que le liquide s’écoule goutte à goutte. Votre culotte sera alors humide, comme dans le cas de pertes urinaires. Pour éviter l’inconfort, vous pouvez utiliser une protection contre l’incontinence (comme TENA), particulièrement absorbante. Un protège-slip ordinaire est préférable si les pertes sont épaisses et gluantes. Si le passage est libre, la rupture de la poche amniotique peut provoquer une perte subite et abondante de liquide. Si les membranes tiennent plus longtemps, le liquide peut s’échapper pendant la phase d’expulsion et s’écouler comme un flux chaud. Si la perte des eaux survient juste avant l’accouchement, vous éprouverez peut-être un sentiment d’excitation, d’impatience ou un peu de soulagement, sachant que vous ne tarderez pas à voir votre bébé.

Pourquoi la poche des eaux se rompt-elle ?

Dans l’utérus, le bébé est entouré d’une poche qui contient le liquide amniotique. Vers la fin de la grossesse, cette poche s’affaiblit progressivement et se rompt avant ou pendant l’accouchement. Il s’écoule alors environ 75 cl d’eau, brutalement ou goutte à goutte. La quantité varie en fonction de la semaine dans laquelle vous vous trouvez, mais c’est durant les semaines 38 et 39 que le volume de liquide amniotique est le plus important (entre 90 et 100 cl). Pendant la grossesse, le liquide amniotique protège le bébé et étire l’utérus. Au début, il nourrit également le fœtus. À partir du deuxième trimestre, le fœtus déglutit le liquide amniotique et l’élimine en urinant, assurant ainsi sa circulation. Au moment de l’accouchement, la poche amniotique ne sert plus à rien et se rompt.

Y a-t-il des signes annonciateurs de la perte des eaux ? Peut-on savoir quand la poche est prête à se rompre ? Malheureusement non. La perte des eaux peut survenir à tout moment, et il n’est pas possible de l’anticiper.

Que faire si vous perdez les eaux avant le début des contractions ?

Il peut arriver que la poche des eaux se rompe sans que les contractions se déclenchent. Dans ce cas, ou si vous n’êtes pas sûre d’avoir perdu les eaux, consultez votre gynécologue ou votre sage-femme qui contrôleront s’il reste du liquide amniotique ou pas. En cas de perte des eaux, on attend généralement entre 24 et 36 heures avant de faire quelque chose, à condition que la maman et le bébé se portent bien. Cette approche vise à permettre au corps de déclencher lui-même le travail, ce qui intervient dans la plupart des cas.

Déclencher l’accouchement

C’est l’état de santé de la maman et du bébé qui détermine le temps d’attente, mais aussi la couleur du liquide amniotique, car elle peut révéler que le bébé est en détresse. Un liquide verdâtre indique que le bébé a évacué le contenu de ses intestins, ce qui peut être un signe de souffrance fœtale. On effectue alors un monitoring fœtal à l’aide d’un appareil de surveillance électronique qui mesure le rythme cardiaque du bébé en fonction des contractions utérines.

Si tout va bien, on attend que le travail se déclenche spontanément. Si les contractions commencent, mais que le travail se prolonge, on utilise des antibiotiques. Si les contractions ne surviennent pas dans les 48 heures, l’accouchement est déclenché. Cette procédure peut toutefois différer d’une maternité à l’autre.

En cas de déclenchement programmé de l’accouchement, la sage-femme ou le médecin peuvent être amenés à rompre la poche amniotique à l’aide d’un instrument, si elle ne se déchire pas d’elle-même, car l’écoulement du liquide amniotique peut déclencher les contractions.

Une erreur s'est produite, veuillez recommencer ultérieurement.
Chargement...