close

L ' ESTIME DE SOI CHEZ VOTRE ENFANT

Un enfant qui se sent reconnu et accepté est plus à même de développer une bonne estime de soi et d’être bien dans sa peau. Mais cela ne suffit pas toujours. Voici quelques conseils pratiques pour la psychologie du quotidien qui est essentielle.

Les enfants, tout comme les adultes, sont conscients du jugement d’autrui et y sont sensibles. Cependant, une faible estime de soi rend l’enfant extrêmement dépendant de l’acceptation des autres. Ces enfants peuvent alors se construire une estime de soi basée sur la performance, ce qui implique un besoin permanent de réussir et d’être reconnu. Une personne manquant de confiance en soi a tendance à percevoir des informations totalement neutres comme une critique. À mesure que l’enfant grandira, il pourra avoir du mal à poser des limites, à dire non et à affirmer sa propre opinion. À l’âge adulte, cela peut aboutir à un fort égocentrisme ou à une angoisse permanente que les autres découvrent à quel point on est « nul ».

 

Une faible estime de soi ne doit toutefois pas être prise pour de la timidité.

La plupart des parents souhaitent que leurs enfants aient une bonne estime d’eux-mêmes. Cette confiance en soi aide en effet l’enfant à gérer plus facilement les revers de la vie. L’enfant deviendra un adulte qui ne se laissera pas abattre par un échec de temps à autre, ni par la critique d’une autre personne. 


Et vous, comment fonctionnez-vous ? 


Lors de la naissance d’un enfant, de nombreux parents voient avec un regard neuf leur manière de fonctionner. En effet, les enfants reproduisent beaucoup ce que font les parents et non ce que les adultes leur disent de faire. Peut-être désirez-vous que votre enfant soit moins sensible que vous ne vous sentez vous-même, qu’il ait une solide estime de soi, sans être dans la performance.

Nos conseils pour les parents


Les psychologues et les psychothérapeutes estiment qu’un enfant qui se sent aimé, vu et accepté est plus à même de développer une estime de soi satisfaisante. La personnalité, l’environnement et les amis ont aussi, naturellement, leur rôle à jouer à cet égard. 

 

Voici quelques conseils à suivre au quotidien :

 

  • Lorsque l’enfant fait une bêtise : pointez l’action, et non pas l’enfant. Veillez pour cela à bien choisir vos mots : « Ne fais pas cela ! » au lieu de « Qu’est-ce que tu es bête ! » Ou bien, encore mieux, selon le cas : « Fais plutôt comme ceci… »

 

  • Avec un tout petit, chaque nouvel apprentissage peut donner lieu à des félicitations. Quand il sera un peu plus grand, ayez des attentes raisonnables sur ce que votre enfant pourra faire. Si tout ne se passe pas bien, ce n’est pas grave, mais montrez à l’enfant que vous l’aimez, tel qu’il est. 

 

  • Donnez l’exemple. Parlez de vous avec des termes positifs et agréables au lieu de vous focaliser sur vos défauts. Faites passer le message que vous vous appréciez comme vous êtes. Évitez de parler négativement de votre aspect, de votre corps ou de vos actes. En outre, cette attitude vous fera du bien à vous-même. 

 

  • Évitez les critiques exagérées portant sur l’apparence physique ou les performances d’autrui. Si votre enfant vous entend trop souvent parler mal des autres, vous lui passez le message qu’il faut toujours se méfier de l’opinion des gens, ce qui est source d’anxiété. 

 

  • Autorisez aussi bien la colère que le chagrin. Si un enfant a un accès de colère sans raison valable, montrez-lui que vous voyez et comprenez qu'il soit en colère. Vous pouvez parfaitement respecter cette colère, même sans la comprendre. Cela ne signifie bien sûr pas qu’il faille accepter que l’enfant donne des coups ou casse des objets : il est également important de poser des limites.

 

  • Distinguez bien vos sentiments de ceux de l’enfant. Si un enfant a du chagrin, cela ne sert pas à grand-chose que vous montriez que vous aussi êtes triste. Demandez-lui plutôt si vous pouvez faire quelque chose pour l’aider. Car cela, vous pouvez toujours le faire : écouter, c’est le plus important, même si, ensuite, vous ne pouvez parfois rien y faire. Un tout petit peut avoir du mal à expliquer pourquoi il a du chagrin. Dans ce cas, il peut suffire de le prendre sur vos genoux un moment, en lui offrant toute votre attention.

La différence entre estime de soi et confiance en soi


Il y a une légère différence entre estime de soi et confiance en soi, même si elles sont fortement dépendantes l’une de l’autre. 

 

  • L’estime de soi peut être définie comme une attitude de base que l’on a envers soi-même : à quel point l’enfant est fier ou satisfait de lui-même en tant que personne. Une faible estime de soi entraîne un risque accru de dépression, d’anxiété et d’angoisse au cours de la vie. 

 

  • La confiance en soi est plutôt la confiance que l’enfant a dans ses propres capacités, ce qu’il se croit capable de parvenir à réaliser. L’enfant peut avoir une bonne confiance en lui dans un domaine donné, et une moins bonne confiance en lui dans un autre. 
Une erreur s'est produite, veuillez recommencer ultérieurement.
Chargement...